Journal intime d’une freelifeuse néonomade, Chap. 1

 

Crédit Enrico Barazzoni

 

Journaliste free lance, j’ai choisi depuis 6 ans d’être viscéralement moi-même et de libérer mes identités multiples. Je me débrouille pour vivre librement, au rythme de la sérendipidité, de la simplicité volontaire et de l’aventure d’être soi.  Je suis ce qu’on appelle une freelifeuse.   (Version originale de l’article paru dans le numéro 7 de We Demain)

 

« L’homme est une marionnette dont les aléas de l’existence tirent les fils », disait le maître indien Swâmi Prajnânpa. La seule liberté est peut-être celle de laisser l’existence décider et de savoir jouer avec elle. 6 septembre 2013, mes dix cartons tiennent dans la Kangoo garée dans le hall de la rue Bergère, dans le 9ème. A force de déménager, je n‘ai plus grand chose. C’est la voiture d’un ami du tango, Frédéric, permaculteur. Il a accepté de m’amener jusqu’à Barcelone. J’avais quitté cette ville l’année d’avant pour devenir conseillère de Corinne Lepage. Une rencontre improvisée avec l’ancienne Ministre de l’environnement à Avignon fin juillet 2012 avait débouché sur une proposition de collaboration. Ma revue REZOmag dont la baseline s’intitulait « le sens est ailleurs » cofondée à Barcelone en 2010 battant de l’aile, je la mettais donc entre parenthèses avec l’espoir de pouvoir contribuer à changer le monde à ma manière. Dix mois plus tard, mon solde de tout compte récupéré dans les locaux du parlement européen à Paris boulevard Saint-Germain , je renoue avec mes identités multiples : une journaliste néonomade, créative culturelle et « danseuse diurne de la vie ». Je ne peux alors plus payer ma location, trop chère pour ma vie lente de freelifeuse. Je décide de vivre à nouveau entre les deux villes avec un loyer à moindre coût à Barcelone, et une location à la nuit dans mon ancien appartement à Paris : mes anciens colocs acceptent que j’alterne entre le canapé et leur chambre quand ils ne sont pas là. Quant à mon futur colocataire barcelonais, je l’ai juste vu sur Skype lorsqu’il m’a fait visiter l’appartement avec la caméra de son I-phone. Après 11h de voyage, un emménagement express, quelques bières et une escalivada -du pain avec des poivrons, de l’oignon, finement préparés avec des sardines volées dans le restaurant dans lequel il travaille auprès d’un chef étoilé- mon nouveau colocataire finit par m’avouer, un peu éméché qu’il n’est autre qu’un ancien trafiquant de drogue international. Son portable a été pris en filature lorsqu’il allait chercher sa marchandise à Ceuta, au détroit de Gibraltar, avant de l’envoyer au reste de l’Europe. Il risque 14 ans de prison. Je lui annonce mon départ moins de 24heures plus tard et j’atterris avec mes cartons en catastrophe chez un ami, Guillaume, dans un somptueux duplex au dernier étage d’un immeuble avec terrasse exposée au soleil toute la journée. Je dois y rester une semaine. J’y suis toujours entre deux voyages à Paris.

crédit Enrico Barazzoni

A bord du train de vie d’une freelifeuse, les lieux, les opportunités, les rencontres défilent au gré du hasard. A travers les fenêtres « jour », « semaine », « mois », « année » du calendrier de mon Mac Book Air, j’effectue du regard des va et viens. « Lun.23 septembre 2013, 17 :00 RDV Etienne Klein, Objet : physique quantique, café Le Rostand, jardin du Luxembourg/19 :00 méditation/ Jeu.26 septembre 2013 départ Orly Ouest, réserver taxi partagé Wecab. /Semaine 7 octobre, 2013 montage Paris reportage TV maison flottante, autosuffisante, mobile. / Mar.22 octobre, Pecha Kucha du Global Eco Forum de Barcelone./ 8-9-10 novembre 2013, Tango Marathon Paris/ Mer.13 novembre 2013, Dîner conspirateurs positifs, Institut des futurs souhaitables. / Mar.19 novembre 2013, conférence Ben Flanner, fermes agricoles toits de Brooklyn, Institut d’Architecture avancée de Catalogne». Pas une journée ne ressemble à une autre mais certaines sont plus représentatives que d’autres d’une vie menée au rythme de la sérendipité.

Barcelone, mercredi 4 décembre 2013, je sors de mon immeuble, carrer Bailen, pas très loin du passeig San Joan et de la Sagrada Familia. La lumière frontale me contraint à enfiler mes lunettes de soleil malgré le solstice d’hiver qui approche. Elle redore les parois des immeubles modernistes catalans, et finit sa course sur les dalles des larges trottoirs du quartier de l’Exaimple au milieu des ombres des quidams qui déambulent avec nonchalance. Je me dirige vers le très bobo quartier de Gracia pour voguer d’un café à l’autre à la merci des connections Wifi. Mon ordinateur portable sous le bras, j’alterne entre le Godot, carrer (rue) Sant Domènec, l’auberge de jeunesse Generator, carrer Corsega, et mon restaurant Slow food, carrer Venus où je déjeune presque chaque jour vers 15h00 pour un menu à 10 euros, chez ma nouvelle amie Cécile. Cette ex-parisienne travaillait dans le milieu de la production de pub pour des marques de luxe. Elle a monté son restaurant « D’aquì », (d’ici en catalan), et ne se fournit qu’auprès de coopératives de producteurs bios catalans. « Il est loin le temps où je courais les ventes de presse à Paris pour remplir mon placard de fringues branchées », s’amuse Cécile avec un fichu sur la tête. J’acquiesce. Elle me parle d’André Broessel, l’associé allemand de son compagnon, qui vient d’inventer les sphères solaires. Depuis son atelier du quartier populaire de Poble sec, ce savant fou a repris le concept de l’effet loupe en observant par hasard les billes de sa fille, pour optimiser la captation de l’énergie du soleil à travers la transparence de la sphère et sa forme incurvée. Le lendemain matin, après avoir avalé un capuccino au Primavera café, à 1,40 euro où je peux lire la 4ème de couverture de la Vanguardia –elle recèle souvent de portraits d’acteurs du changement- je pars rendre visite à l’homme aux lunettes de soleil à verres jaunes, d’après la vidéo futuriste prévue pour la campagne de crowdfunding. Sa fameuse invention, apparemment plus efficace qu’un simple panneau solaire, a récemment attiré l’attention des architectes du gratte ciel Burj Khalifa de Dubaï qui l’ont invité à présenter son projet. La campagne de financement participatif vient d’ailleurs de rafler 217 000 dollars.

 

Clandestine, comme les petits bonheurs volés auxquels elle invite


Le soir venu, après quelques interviews sur skype, je vais à une milonga (bal) de tango. Clandestine, comme les petits bonheurs volés auxquels elle invite, toujours dans le quartier de Gracia, dans un immeuble délabré Carrer Mare de Deu dels Desemparats. Au deuxième étage, derrière l’épais rideau bleu de la porte d’entrée, une vingtaine de personnes s’y retrouvent le mercredi et le vendredi soir. Tous les profils s’y mélangent : un pompier, une prof de maths, une graphiste, un champion de poker, un réparateur de machines à laver le linge, un comédien, un peintre, un guide touristique, une avocate, une ostéopathe. Les âmes libres et parfois esseulées viennent chercher un peu de réconfort dans la chaleur d’un abrazo cerrado (bras fermés). Cette promenade de danseurs enlacés, dont les pas félins s’entremêlent avec la précision de l’aiguille d’une machine à coudre, est un repère de freelifers. S’il n’y a pas un modèle type, car par définition le freelifer explore ses affinités multiples, il ne sait faire autre chose qu’être viscéralement lui-même. Et c’est souvent en se libérant du diktat de l’argent et d’une vie rythmée par des obligations et de fausses croyances, que tout devient possible. Avoir le courage d’être soi, être en accord avec ses valeurs, devient alors presque maladif chez lui. Persévérer dans son être, se mue en maudite chance. Car ce choix ne veut pas dire qu’il vogue sur un fleuve tranquille, non, il apprend juste à danser avec le chaos, « Faut-il que l’on s’aime et qu’on aime la vie ».

Crédit Paco Sanz

Celui qui m’a fait entrer dans le tango, il y a trois ans, c’est Marc. Rencontré par hasard dans une boite de nuit au dernier étage de l’hôtel Me à Barcelone, il a été un vrai passeur de liens, voire un fixeur dans ce monde de demain. Ce bourgeois catalan repenti, se partage entre son palais gothique en ruines à Cardona, (vers Montserrat en Catalogne), et surfe d’un canapé à un autre à Barcelone. Il loge dans son palais gratuitement des amis en échange de services rendus. Il m’a présenté Alex Capdevila qui est parti en Pologne pour construire ses maisons flottantes autosuffisantes sur l’Oder à Wroclaw ; son vieil ami d’enfance Fernando Casado qui a créé Global CAD, le Centre d’Alliance et de Développement, basé entre Barcelone et Washington, spécialiste de la base de la pyramide (les populations pauvres). Ce dernier organisait chaque mois dans son appartement des projections de documentaires militants. J’y ai rencontré bon nombre d’artistes, et de fil en aiguille je suis tombée sur Ana Martinez, coordinatrice des laboratoires de l’autosuffisance à Valldaura, dans les collines de Collserola, avec qui nous allons monter un Do Tank axé sur l’empowerment citoyen.

Nous sommes toujours à la milonga de tango « El desbande ». Entre deux danses, on papotte souvent accoudé au bar, encore bercé par la chorégraphie improvisée du dernier tango. « Vous êtres française ? » me demande une femme fine. « Oui, pourquoi ? » ; « J’adore la France, vous faites quoi dans la vie ? », « Je suis journaliste free lance entre Paris et Barcelone, je m’intéresse aux changements de société, tout ce qui porte le stigmate d’une (r)évolution ou d’une transition vers le monde de demain, quelque soit le domaine. Ca peut aller de l’agriculture, à l’énergie, en passant par l’économie, les nouvelles technologies ou la e-democratie. J’utilise Barcelone comme mon laboratoire », je lui réponds. « Vous devez connaître le Parti X alors ? », me demande-t-elle. « Oui, le parti des indignés ! Bien sûr, je m’y intéresse depuis sa création, mais vu qu’ils souhaitent fonctionner avec l’anonymat, ça fait un an que j’en cherche le fondateur ». « C’est moi », me répond Simona Levi. « Alors ça c’est incroyable, c’est le destin ! », je m’exclame. « C’est vrai que nous essayons de couper court avec les anciennes logiques politiques basée sur l’ego. », me répond-elle. Je me souviens encore de mes tentatives vaines pour les rencontrer, intéressée par leurs nouvelles techniques de démocratie directe, de pouvoir latéral, et de financement participatif. J’avais même proposé à Corinne Lepage qu’elle s’inspire d’eux pour son mouvement citoyen. Composés de membre de la société civile, ils réinventent la politique en se basant sur les travaux issus des assemblées de la génération du mouvement 15 M (né à la puerta del sol à Madrid le 15 mai 2011). Un reportage est prévu pour la suivre en déplacement pour les élections européennes. Voulant fonctionner avec le minimum d’argent on me propose d’y aller en covoiturage et de dormir chez des membres du parti. Je pars avec un photojournaliste italien, rencontré à un happening de théâtre, il vit sur un bateau dans le port de Barcelone.

De retour à Paris, j’expose mes aventures à l’équipe de We demain, autour d’un déjeuner à la pizzeria de l’avenue Victor Cresson à Issy les Moulineaux. « Mmmmm, douteux ton truc Zoydo, en quoi les sphères solaires sont l’invention du siècle ? », me demande circonspect François Siegel, notre directeur de publication. « Le dispositif a un tracking system, c’est à dire un bras avec une lentille intégrée qui suit le mouvement du soleil toute la journée et capte ainsi l’énergie en permanence. Un simple panneau solaire ne capte les meilleurs rayons du soleil que 15 minutes par jour selon l’inventeur puisqu’il est fixe! », je réponds, fatiguée de devoir me battre pour vendre mes sujets. « Et le parti X, la politique de demain, ça ne vous intéresse pas ? », j’insiste. « T’es trop enthousiaste Zygotto, tu vis trop le changement à l’échelle personnelle, essaye de prendre du recul ! », me répond Jean-Louis Morzatti, notre rédacteur en chef.

11 février 2014, 20h30, 17 Rue de Montyon, dans le 9 ème arrondissement, une soirée privée est donnée au Floquifil, une cave à vin et table d’hôtes hors du temps, au décor digne d’un roman de Maupassant : cheminée, pierres apparentes, bois, mobilier déniché dans des brocantes, vieilles lampes, fauteuils clubs en cuir. Pour fêter le premier anniversaire de son restaurant, Philippe Pourriel personnage haut en couleurs, mi-aristocrate, mi-révolutionnaire affublé d’un couvre-chef de flibustier a convié ses clients les plus fidèles. Le thème de la soirée : chapeau. C’est ici, lorsque je suis à Paris, que j’écris parfois mes articles et je déjeune ou dîne avec des acteurs du changement, allant du tribunal de la nature, de la finance éthique jusqu’à la e-democracy.

Coiffée du Borsalino de feu mon grand-père, je n’ai rien changé à mon accoutrement de libertaire. La première fois que je l’ai porté il y a 6 ans, je m’évadais de l’univers aseptisé et carcéral d’une tour de la Défense où je travaillais comme petit soldat du journalisme pour un quotidien gratuit lancé par un grand industriel français. Quelques jours après ma démission, je brandissais mon chapeau sur la tête comme la revendication d’une différence, et le début d’une odyssée : « Deviens qui tu es ». J’entamais alors un processus de révolution d’être soi, en quête de mes valeurs et de ma créativité. Je ne voulais plus perdre ma vie à la gagner, mais bel et bien lui donner du sens. Après une tentative infructueuse de collaboration dans un site web d’informations en flux continu, où la dictature de l’immédiateté menaçait ma liberté naissante, je décidais de partir à Barcelone pour trois mois. Au programme, un trimestre de formation au reportage Télé à l’université Pompeu Fabra pour renouer avec le terrain, des rêves et des choses à dire plein mes valises et un accès illimité à une école de danse. Flamenco, Jazz, danse classique, danse contemporaine, hip hop, tout y est passé, il fallait bien que le corps exulte. J’ai surtout appris à insuffler dans ma vie du lâcher prise. Et lorsque j’ai goûté à la sensation grisante d’être passé de l’autre côté du miroir, il n’y avait plus de retour en arrière possible. J’acceptais alors en toute liberté de me soumettre aux seules lois de l’existence. Les trois mois se sont prolongés en années, pendant lesquels j’ai répondu aux opportunités qui s’offraient à moi, et oscillé d’un rôle à un autre comme dans une valse à mille temps : je passais de l’écriture d’un projet personnel d’émission de télé pour TVE (Télévision espagnole) sur les héros écolos du quotidien, à un petit job de vendeuse à la sauvette sur la plage de la Barceloneta et les ramblas, de réalisatrice d’un documentaire de 15 minutes sur les contaminants toxiques persistants de l’industrie agro-alimentaire et chimique pour un concours de la fondation de la biodiversité à serveuse de diner sur des yatchs dans le port de Barcelone.

Les événements s’enchainent comme dans un roman. Ils viennent à moi, comme un coup de baguette magique quand j’en ai besoin. Ma première année à Barcelone a ainsi été ponctuée de projets créatifs et de système D pour accompagner le bon déroulement de ces derniers : billetterie dans une soirée underground de Poblenou, vendeuse d’un jour au magasin « Sacrés Français » de mes amis Christophe et Guillaume, prof de Français, assistante du professeur de tango, rien ne me lassait car tout était fugace, mais opportun. Mon travail de rédactrice en chef du magazine local des Français de Barcelone payé 500 euros le mois au noir a finalement débouché à la co-création de mon magazine REZO lorsque le directeur de publication nous a tous virés du jour au lendemain. Né de la résilience, le premier numéro voit le jour sous le titre « Le monde change n’ayez pas peur ! ». Pendant un an et demi, ce magazine, fonctionne en grande partie grâce au troc. D’ailleurs, l’échange de services rythme toujours mon quotidien, comme par exemple, donner des cours de français pour recevoir des cours de tango, ou défiler pour une marque locale d’écharpe en laine tricotée à la main « True nature », contre un processus de coaching personnalisé.

 

Crédit Enrico Barazzoni

Aujourd’hui encore, j’apprends à danser avec la vie dans un corps à corps sensuel où je me laisse guider par ses imprévus, son langage. J’accompagne ses mouvements, qu’ils soient harmonieux ou dissonants. Tout devient nourriture. Poésie. D’ailleurs, en langage des oiseaux, la magie signifie « l’âme agit ». C’est ainsi qu’en janvier 2012 j’ai trouvé mon appartement, aux urgences d’un hôpital. Après avoir surfé d’un canapé à l’autre chez des copains, j’avais atterri dans une chambre de service à 175 euros, dans les quartiers chics de Sarria, chez des footballers argentins à la retraite recommandés par Andrés, mon ami architecte. La légende dit que Maradona avait occupé cet appartement. J’ai foncé. Le lit de camp aux allures d’hôpital de guerre a eu raison de mon dos et j’ai atterri aux urgences, totalement bloquée. En larmes devant le médecin urgentiste désemparé, il m’a proposé : « ça vous dit une super machine à café, un dressing juste pour vous et un lit king size pour 200 euros ? ». Entre deux ordonnances, il me glissait son numéro de téléphone et son adresse. « Carrer Pallars 158, 08005 Barcelona », dans les anciens quartiers industriels de Poblenou, à dix minutes à pied de la plage. J’emménageais deux jours plus tard.

Il est 22heures au Floquifil, à Paris. Je suis accompagnée de ma colocataire italienne chirurgienne des viscères, Silvia. Deux coupes de champagnes, un verre de côte de Brouilly, deux verrines de tartare de saumon à la mangue, et quelques tranches de Jamon iberico de bellota plus tard (accès au buffet et à la cave à volonté pour 15 euros, le freelifer est le roi du bon plan), j’entends s’échapper d’une conversation le mot « Barcelone ». « Vous habitez à Barcelone ? », je demande au jeune homme en pleine conversation. « Non, je vais juste au World Mobile Congress pendant une semaine » « Ah oui c’est vrai, j’avais oublié, je voulais m’accréditer », « Pas la peine, je vous invite, donnez-moi votre mail », me propose cet employé généreux de chez Orange. Deux semaines plus tard, me voilà faisant la queue dans la titanesque Fira de Barcelone pour attendre la venue de Mark Zuckerberg, prévue à 18h. Nous sommes une bonne centaine, là, à patienter depuis 16 heures. J’appelle François Siegel pour lui proposer un sujet : « On ne sera plus dans l’actu, c’est pas la peine, en revanche dépêche toi de nous rendre ton papier de free lifeuse », me répond-il. Tant pis, j’y suis. Dans la queue, je m’amuse à regarder les prénoms des badges : Kok, Filomena, Deepak, Pablo, Takashi, Bernard, Nikos, Camileo, Tom, Tannas, c’est cette mixité que je suis venue chercher à Barcelone. La « rock star » -en jean basket de 29 ans-, presque « président » d’un 6ème continent finira par arriver. A la question posée par le journaliste Bruno Sokolowicz de la Radio Nationale Espagnole « Comment voyez-vous Facebook dans 20 ans et que comptez-vous faire pour rendre le monde meilleur? », Mark Zuckerberg a juste répondu: « Vous ne croyez pas que j’en fais déjà assez?! » C’était une des phrases de fin de la conférence avant qu’il ne reparte aussi vite qu’il est arrivé, le sourire aux lèvres, les joues rosées et l’air timide, en se dérobant derrière le décor, comme un génie qui retourne dans sa lampe. Pas un mot sur l’environnement. Pour rendre le monde meilleur, il faut simplement être soi. Je fais partie de ceux qui, aussi petits soient-ils, souhaitent incarner le changement qu’ils veulent voir dans le monde. Et y croient. Mon défi, c’est d’être le plus libre possible pour vivre selon mes valeurs, mes biorythmes et surtout partager du temps avec les autres, car là est la grande valeur du monde de demain. Donner du sens à ce que l’on fait, à nos relations avec les autres. Et à la vie.

 

Valérie Zoydo

About admin